..

Archives par mots-clés: CFDT


Préjudice d’anxiété : les anciens mineurs ont obtenu gain de cause

Moselle - Après-mines - Santé

Après plus de sept ans de procédure, les 726 anciens mineurs qui, soutenus par la CFDT, militaient pour la reconnaissance de leur préjudice d’anxiété, ne cachent pas leur soulagement : la cour d’appel de Douai a rendu ce vendredi 29 janvier une décision qui reconnait leur exposition fautive à des produits cancérigènes et toxiques et accorde à chacun d’entre eux 10.000 euros d’indemnisation au titre du préjudice d’anxiété.

Après avoir porté leur combat pour la première fois aux Prud'hommes en 2013, 727 anciens mineurs lorrains ont obtenu vendredi la reconnaissance de leur préjudice d'anxiété par la Cour d'appel de Douai pour une exposition à de multiples substances toxiques.

Lire la suite

Préjudice d’anxiété : les anciens mineurs seront fixés en janvier prochain

Moselle - Santé

La cour d’appel de Douai rendra le 29 janvier prochain la décision attendue par 727 anciens employés des mines de charbon de l’Est mosellan, qui réclament depuis 2013 la reconnaissance de leur préjudice d’anxiété.

Le 9 septembre dernier, une cinquantaine d’entre eux, défendus par la CFDT Mineurs, ont effectué le déplacement depuis Freyming-Merlebach pour évoquer les nombreux produits toxiques et cancérigènes auxquels ils ont été exposés durant leur carrière et le taux de pathologie hors-normes – qui en a résulté : ils cumulent à eux seuls 313 maladies professionnelles, alors qu’ils en étaient exempts voici sept ans.

Lire la suite

Laurent Paté, avocat

« La création d’un fonds pour les travailleurs victimes du Covid peut faire consensus »

France - Metz - Interviews - Santé

Pour qui avez-vous créé l’association Covid Grand Est ?

Avocats, médecins ou élus locaux du Grand Est, une région particulièrement touchée par le Covid-19, nous partons du principe que la législation sur la prise en charge des accidents du travail et les maladies professionnelles, qui remonte à avril 1898, n’est absolument pas adaptée à la pandémie que nous venons de vivre.

Lire la suite

Le sort de l’usine de rails d’Hayange se précise enfin

Moselle - Sidérurgie

Après presqu'un an sans vision claire de l'avenir du site, le calendrier se précise. Le tribunal de Strasbourg doit trancher sur les cinq offres de reprise d'ici fin juillet.

Le dossier va enfin finir par se décanter. Le sort de l'usine de rail de Hayange, France Rail industry (FRI), est dans les mains du tribunal de Strasbourg. Ce dernier doit trancher d'ici fin juillet le nom du repreneur du site employant quelque 450 personnes avec les intérimaires.

Lire la suite
Scroll To Top