..

Archives par categorie: Social


Chez Smart, « nous travaillons plus pour produire et gagner moins »

Moselle - Automobile & Équipementiers - Social

Sur le site d’Hambach, le constructeur de la Smart Fortwo bascule progressivement aux  39 heures payées 37, tout en réduisant la production.

Les journalistes étaient nombreux, le 3 octobre, devant les portes de l'usine Smart France à Hambach (Moselle) pour assister à une prise de poste hautement symbolique. Au terme de quinze mois de négociations tourmentées, les 800 salariés sont entrés dans une période de modulation qui les conduira progressivement à travailler 39 heures par semaine, moyennant une baisse de 6 % du salaire horaire.

Lire la suite

Les salariés de Ficocipa assurent la publicité de leur usine en vente

Vosges - Automobile & Équipementiers - Social

Le comité d’entreprise de l’usine de rétroviseurs vosgienne Ficocipa a fait paraître une publicité dans le quotidien Les Echos pour trouver un repreneur. Le site doit fermer en juillet et les salariés refusent la perspective d’une mobilité incertaine à Dieuze, à 80 kilomètres de l’usine de Bruyères.

"Nous vous proposons la reprise de notre site industriel, et les compétences de ses 70 salariés parfaitement rompus aux standards de qualité et à l’exigence des grands donneurs d’ordre du secteur automobile", annoncent les salariés de Ficocipa à Bruyères (Vosges) dans une publicité parue le 2 mai dans les pages des Echos.

Lire la suite

La liquidation d’Akers France condamne 245 emplois en Moselle et dans le Nord

Moselle - Sidérurgie - Social

La liquidation, ce 30 mars, du sidérurgiste Akers a suscité stupeur et écœurement parmi les 245 salariés du groupe implanté à Thionville (Moselle) et à Berlaimont (Nord). Le tribunal de commerce de Thionville a écarté les trois offres de reprises en lice, condamnant à la disparition la dernière usine de cylindres laminés de France.

La Moselle a subi ce 30 mars 2016 une nouvelle extinction de forge, vécue d’autant plus douloureusement que l’usine Akers de Thionville, spécialisée dans la production de cylindres de laminoirs, était considérée comme un fleuron de la sidérurgie française.

Lire la suite

Chez Schneider Electrics, l’annualisation atténue l’impact d’un PSE

Moselle - Industrie - Social

Filiale lorraine du groupe, France Transfo a modulé le temps de travail sur deux sites pour créer 20 emplois compensant partiellement la fermeture d’une troisième unité de production.

En juin 2015, les trois sites mosellans de France Transfo ont connu une mobilisation aussi massive qu’inédite. L’annonce par leur maison-mère, Schneider Electric, de la fermeture de la chaudronnerie de Marange-Silvange a suscité non seulement la colère des 70 salariés concernés, mais aussi celle des 500 employés des sites de Maizières-les-Metz et d’Ennery, dans la banlieue de Metz.

Lire la suite

Reprise grinçante pour les remorques Kaiser placées en redressement judiciaire

Meurthe et Moselle - Automobile & Équipementiers - Mécanique - Social

Le fabricant de remorques et bennes Kaiser a obtenu une période de redressement judiciaire de six mois dans un climat tendu : l’entreprise meurthe-et-mosellane de 95 salariés, qui a enchaîné redressements et changements de propriétaires au cours des trois dernières années, se débat entre dettes à l’Urssaf, assignations aux prud’hommes pour non-paiement de salaires et conflit social ouvert.

La reprise, fin 2014, de l’usine de remorques Kaiser basée à Longwyon (Meurthe-et-Moselle) par la société niçoise Remec n’aura pas suffi à stabiliser une entreprise septuagénaire fragilisée par de nombreuses turbulences depuis le début de la décennie.

Lire la suite

La liquidation de Steeltech marque la fin d’une épopée post-minière

Moselle - Engins de chantier - Mécanique - Sidérurgie - Social

La liquidation, prononcée au terme de 14 mois de redressement judiciaire, de la société Steeltech, a plongé dans le désarroi les deux sites est-mosellan de Creutzwald et de Sarreguemines.

Le projet de pôle mécano-soudure mosellan porté par Guy Zins, repreneur de l’entreprise en 2007, n’a pas résisté aux défections de gros clients et à la baisse des commandes. Les 110 salariés de cet ancien fleuron de l’ère minière se retrouvent sur le carreau.

Lire la suite
Scroll To Top