..

Archives par categorie: Correspondances transfrontalières


Clio Van Aerde, artiste luxembourgeoise

« J’ai dessiné la frontière luxembourgeoise avec mes pieds »

Transfrontalier - Luxembourg - Wallonie - Tourisme | Culture - Université

Artiste, scénographe et productrice luxembourgeoise, Clio Van Aerde a choisi de s’exprimer sur le mode de la performance. Le 24 octobre 2018, elle a présenté en ouverture du projet Border Stories, piloté par l’Université de la Grande Région, le parcours de 25 jours à pied qu’elle a effectué cet été au long de la frontière luxembourgeoise. Elle revient sur les expériences vécues lors de cette marche et sur le sens de sa démarche.

Comment avez-vous conçu votre parcours ?

J’ai choisi le village hautement symbolique de Schengen comme point de départ et d’arrivée. A partir de là, j’ai dessiné la frontière luxembourgeoise avec les pieds. En m’engageant dans ces 24 jours et demi de marche, je voulais questionner ce trait à la fois très concret et très abstrait. Je prépare une restitution d’une trentaine de minutes sur cette performance.

Lire la suite

Lee Fou Messica Directrice artistique de l’Espace Bernard Marie Koltès (EBMK)

« L’université de Lorraine est le premier pourvoyeur régional d’événements culturels »

Transfrontalier - Luxembourg - Metz - Interviews - Tourisme | Culture - Université lorraine

Sociologue de la culture de formation, Lee Fou Messica a effectué la majeure partie de sa carrière en tant que directrice artistique du théâtre parisien Les Déchargeurs.

Directrice de l’Espace Bernard-Marie Koltès / Théâtre du Saulcy de Metz depuis le 3 avril 2018, elle met son expérience au service du rayonnement culturel de l’Université de Lorraine, du Grand Est et de la Grande Région.

Le festival Textes sans frontières, qui associe les scènes de Charleville-Mézières, Esch-Belval, Luxembourg-Ville, Metz, Nancy, Thionville et Villerupt, fera escale au théâtre Bernard-Marie Koltès ce jeudi 29 novembre 2018 pour mettre à l’honneur la dramaturgie grecque. Quelles singularités percevez-vous dans ce projet transfrontalier ?

Son intitulé me séduit et le propos, qui consiste à confronter des cultures et des visions différentes sur la base d’un même texte, correspond exactement à ce dont je rêvais lors de mes études de sociologie, quand je travaillais sur le rôle du metteur en scène dans les cultures contemporaines.

Lire la suite

Milène Ehrhart, organisatrice du festival Augenblick

« Nous voulons montrer la diversité du cinéma allemand »

Alsace - Transfrontalier - Tourisme | Culture

Du 6 au 25 novembre 2018, le festival Augenblick propose au public alsacien de découvrir la richesse et la diversité du cinéma allemand contemporain. Organisatrice de l’événement, Milène Ehrhart orchestre la programmation et les rencontres dans 36 salles de cinéma indépendantes pour accueillir le grand public et attiser la curiosité des scolaires dès le plus jeune âge.

Quels seront les temps forts de la cette quatorzième édition d’Augenblick ?

Nous recevons cette année Andreas Dresen, l’un des rares réalisateurs allemands formé en ex-RDA, dont le dernier film, Gundermann, a enregistré 250.000 entrées en Allemagne.

Lire la suite

Olivier Goetz, maître de conférences en Arts à l’université de Lorraine

« L’avenir du théâtre est dans la circulation »

Transfrontalier - Luxembourg - Rhénanie - Palatinat - Sarre - Wallonie - Metz - Interviews - Formation - Tourisme | Culture - Université - Université lorraine

Docteur en Arts et sciences de l’art et maître de conférences à l’université de Lorraine, Olivier Goetz a initié avec Roxane Martin, professeure en histoire et esthétique du théâtre et directrice du master Arts, le premier master Mise en scène et dramaturgie en Europe.

A la fois expérimentale et professionnalisante, la nouvelle filière s’appuie sur le réseau transfrontalier Total Théâtre, qui associe sept théâtres de la Grande Région.

A quelle demande comptez-vous répondre en créant ce nouveau master ?

L’université n’a pas vocation à former directement des artistes, mais les ministères lui demandent de plus en plus de professionnalisation.

Lire la suite

Nicole Muller-Becker, vice-présidente du conseil régional du Grand Est en charge de la coopération transfrontalière et du développement du multilinguisme

« Il faudrait un plan Marshall pour le bilinguisme »

Transfrontalier - Alsace - Alsace Champagne Ardennes Lorraine (Grand Est) - Lorraine - Ressources humaines - Tourisme | Culture

Vice-présidente du conseil régional du Grand Est et adjointe au maire de Sarreguemines, Nicole Muller-Becker milite pour un multilinguisme basé sur les échanges dès le plus jeune âge.

Impliquée dans l’école associative ABCM Zweisprachigkeit, qui mobilise des locuteurs allemands dans 14 classes de Sarreguemines, elle voit dans le platt et l’alsacien des passerelles vers la langue du voisin.

Comment concevez-vous le soutien aux langues régionales dans le Grand Est, où l’alsacien semble prédominer ?

Qu’une Lorraine soit en charge du développement du multilinguisme fait sortir le Grand Est d’une perception où l’alsacien serait la seule langue régionale. L’Alsace détient une longue expérience des conventions quadripartites entre le rectorat, les deux départements et le conseil régional. L’Office pour la Langue et les Cultures d'Alsace (Olca) s’appuyait sur une équipe d’une demi-douzaine de personnes pour populariser la langue parlée alsacienne.

Lire la suite

Michaël Sohn, directeur de Quattropole

« La culture et le tourisme permettent à la coopération de donner rapidement des résultats concrets »

Transfrontalier - Luxembourg - Rhénanie - Palatinat - Sarre - Metz - Tourisme | Culture

Secrétaire général du réseau de villes Quattropole depuis la création du poste en juillet 2005, Michael Sohn, diplômé en sciences politiques et en droit public, gère les coopérations entre Luxembourg, Metz, Sarrebruck et Trèves.

Doté depuis 2017 d’un Leitbild, le réseau intègre la culture dans sa vision d’avenir et lance son premier prix de musique dédié à la création musicale innovante. La récompense de 10 000 euros sera attribuée le 5 avril 2019 à Trèves.

Pourquoi avoir choisi de consacrer le premier prix Quattropole à la musique ?

Dès la création de Quattropole, les quatre villes ont exprimé la volonté de rendre leur réseau plus visible et plus concret. En travaillant sur le Leitbild, nous nous sommes aperçus qu’il existait déjà en matière de culture des petits projets très intéressants, mais qui manquaient d’envergure. Il nous fallait donc proposer quelque chose de nouveau. Nous avons choisi le format de la compétition et retenu le thème de la musique, car elle traverse facilement les frontières, permet de chanter dans toutes les langues et intéresse partout.

Lire la suite
Scroll To Top