..

Auteur Archives: Correspondances

A propos de Correspondances

Les acteurs culturels du Grand Est sont portés à franchir les frontières

Transfrontalier - Région Grand-Est - Tourisme | Culture

Le conseil régional du Grand Est a consacré une étude à l’accès de ses acteurs culturels aux financements européens. Un tiers seulement des 258 associations, entreprises et collectivités interrogées recourent à cette manne, mais presque tous témoignent d’une forte appétence pour les projets transfrontaliers. Le Grand Est se propose d’accompagner cet élan en apportant aux professionnels un appui technique et logistique.

Après une première étude consacrée à mobilité des artistes dans la Grande Région, puis une autre sur l’organisation des politiques culturelles dans les pays voisins, le conseil régional du Grand Est publie dans son nouvel espace ressources (1) une enquête sur le recours des acteurs culturels du Grand Est aux financements européens (2).

Lire la suite

Silke Bauman, directrice générale de Regionale

« Regionale sait surprendre parce qu’elle a conservé sa liberté »

Transfrontalier - Alsace - Bade - Wurtemberg - Suisse - Interviews - Tourisme | Culture

Avec 23.000 visiteurs en 2019, l’exposition d’art contemporain Regionale, qui fête ses 20 ans, apparaît comme le plus grand événement artistique transfrontalier d’Europe. Initiée à Bâle, cette manifestation réunit aujourd’hui 18 lieux d’art de Suisse du Nord-Ouest, Baden du Sud et d’Alsace.

Chercheuse en sciences de la culture, ancienne conservatrice adjointe de la Kunsthalle Basel et membre du conseil d’administration de l’espace d’exposition bâlois Ausstellungsraum Klingental/Rank, Silke Baumann dirige Regionale depuis 2019. Elle retrace les grandes étapes d’une coopération trinationale libre et créative.

La vingtième édition de Regionale a débuté fin novembre et se poursuivra jusqu’en février dans certaines galeries (1). Quels ont été les temps forts de cette célébration ?

Ils ont été nombreux et très diversifiés, car cette célébration exprimait la spécificité de Regionale : regrouper dans un espace trinational des lieux d’art indépendants de taille différente qui fonctionnent de manière autonome. Chacun des 18 partenaires a thématisé cet anniversaire à sa façon. Ainsi, la Kunsthalle Basel a choisi comme curateur PeterPakesch, l’un des fondateurs de Regionale. Ce commissaire a organisé l’exposition « Eine Karte -35/65+ », qui a présenté des œuvres d’artistes âgés de moins de 35 ans et de plus de 65 ans. Cette expérience a permis de montrer que les frontières ne se situaient plus tant dans les générations que dans les thèmes abordés.

Lire la suite

Laurent Villeroy de Galhau, conseiller délégué à la culture, aux fêtes et animations et aux écoles de la Ville de Nancy

« La candidature de Saint Nicolas au patrimoine immatériel de l’Unesco prend tout son sens à l’international »

Transfrontalier - Luxembourg - Nancy - Interviews - Tourisme | Culture

Musicien, membre du conseil d’administration de la Music Academy International de Nancy et entrepreneur dans la communication et les arts graphiques, Laurent Villeroy de Galhau a soutenu l’inscription des fêtes de Saint Nicolas à Nancy au patrimoine culturel immatériel français. Il défend désormais le dossier à l’Unesco.

Issu d’une famille qui se revendique à la fois « lotharingienne » et européenne, l’élu nancéien exprime un fort attachement à un personnage légendaire incarnant la tolérance et la générosité.

Depuis fin 2018, les fêtes de la Saint-Nicolas à Nancy sont inscrites à l'inventaire français du patrimoine culturel immatériel. Quels arguments avez-vous fait valoir ?

Saint Nicolas est le patron de Nancy depuis 1477 et la ville s’en est toujours souvenue. Il est célébré depuis 500 ans à Saint-Nicolas de Port, dont la basilique abrite une phalange de l’évêque de Myre. Les fêtes de rue, la parade et la fanfare remontent au XIXème siècle. Aujourd’hui, la célébration réunit les forces économiques, associatives et institutionnelles de la ville, avec une vigueur accrue ces dernières années.

Lire la suite

Anouk Wies, coordinatrice générale et directrice artistique du Cercle Cité

« Ce qui compte dans le Prix d’art Robert Schuman, c’est l’art »

Interviews - Transfrontalier - Luxembourg - Rhénanie - Palatinat - Sarre - Metz - Tourisme | Culture

Coordinatrice générale et responsable programmation du cercle Cité, haut lieu culturel luxembourgeois, Anouk Wies a organisé fin novembre la quatorzième édition du Prix d’art Robert Schuman. Le messin Thibaud Schneider a remporté le 22 novembre 2019 ce trophée d’art contemporain qui récompense tous les deux ans un artiste de l’espace transfrontalier QuattroPole.

Diplômée de l’université de Québec, de Paris IV Sorbonne et de l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art, Anouk Wies met depuis 10 ans son expérience nationale et internationale au service du nouvel ensemble culturel Cercle Cité.

Comment la quatorzième édition du Prix d’art Robert Schuman s’est-elle déroulée ?

La ville de Luxembourg organisait la manifestation pour la première fois depuis les grands travaux qui ont reconfiguré le cercle Cité et la villa Vauban en 2011. 2019 a constitué une bonne édition. Le jury constitué de huit membres – répartis en quatre binômes émanant de Metz, Luxembourg, Trèves et Sarrebruck - a visité l’exposition la veille du vernissage.

Lire la suite

Nancy Braun, directrice générale d’Esch2022, capitale européenne de la Culture

« Maintenant, il faut avancer »

Transfrontalier - Lorraine - Luxembourg - Projets urbains - Reconversion des friches - Tourisme | Culture

Grande connaisseuse de la scène culturelle luxembourgeoise, Nancy Braun dirige depuis novembre 2018 le projet « Esch2022, capitale européenne de la Culture ». Ancienne coordinatrice générale adjointe de « Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture 2007», directrice administrative et financière du Barreau de Luxembourg, puis coordinatrice générale du Demokratesch Partei – DP, elle met ses compétences au service d’un projet phare : Esch2022 doit mettre en lumière la métamorphose d’Esch-sur-Alzette, mais aussi faire rayonner les perspectives d’avenir d’un territoire englobant le sud du Grand-Duché et la bande frontalière du nord lorrain.

A quoi le label « Capital européenne de la culture » peut-il servir ?

Il doit d’abord servir à changer l’image d’Esch-sur-Alzette et à repositionner la région du sud Luxembourg sur le plan national et international. Ce territoire est à l’origine d’une grande partie de la richesse du Luxembourg. Il a connu des hauts et des bas et se trouve aujourd’hui en pleine transformation. L’outil culturel peut contribuer à cette évolution. Belval, son université, ses institutions, constituent un exemple de reconversion formidable et trop peu connu. Le futur du Luxembourg s’y joue.

Lire la suite

Julia Hartnik, co-fondatrice de K8 – Institut für strategische Ästhetik

«  Dans les années 20, l’électrification a suscité autant de  bouleversements que le digital aujourd’hui »

Transfrontalier - Lorraine - Luxembourg - Sarre - Wallonie - Interviews - Laboratoires de recherche - Numérique | Presse - Tourisme | Culture

Après des études de lettres à Bordeaux, un diplôme de management culturel à Berlin, Julia Hartnick a assuré des fonctions de coordinatrice en Moselle et en Sarre. En 2015, elle a cofondé avec Soenke Zehle K8 – Institut für strategische Ästhetik, un think tank scientifique et culturel sans équivalent en Allemagne. Emanation de l’académie d’art sarroise Bildenden Künste Saar (HBK), la structure de 9 salariés étudie l’impact de la digitalisation sous un angle pluridisciplinaire. Après le projet Resonanzen, consacré à l’architecture sarroise de l’immédiat après-Guerre, K8 entend démontrer avec « Maschinenraüme » (la Salle des machines) les étonnantes corrélations entre les années 1920 et 2020.

K8 est partenaire de l’exposition « Les années 20 en Sarre », qui s’est ouverte ce 19 octobre 2019 au musée historique de la Sarre (1). En quoi cette participation consiste-t-elle ?

Nous apportons quatre modules à l’exposition. La station « électrification » invite le visiteur à entrer dans une station d’électricité pour percevoir les notions de réseaux et d’interdépendance qui sont apparus à cette époque. La station « cinéma du vingtième siècle » montre la richesse de l’offre cinématographique des années 20 : en trois ans de recherches, nous avons trouvé la trace de plus de 700 films projetés à Sarrebruck, qui vont du divertissement aux productions internationales en passant par les documentaires ou les films expérimentaux.

Lire la suite
Scroll To Top